Un « bateau spectacle »

Le Nacra 17 est le bateau olympique le plus extrême qui soit. Cette série est l’antichambre de la coupe de l’America.
Depuis peu, la voile a subi un grand bouleversement. Afin de se créer une image médiatique, les bateaux de course évoluent « avec l’air du temps »,
A partir de l’été 2017, le Nacra 17 évolue, et devient volant en s’équipant de véritables foils.
Déjà extrême et performant dans sa première version, le Nacra 17 mk2 s’inscrit dans les dynamiques les plus actuelles du vol et de la vitesse.
Synonyme d’excellence, ce support est convoité par les meilleurs mondiaux et est considéré comme étant le plus difficile et le plus impressionnant des supports olympiques en voile.
Son coté « extrême » en fait un support photogénique, et ainsi un bon support de sponsoring.

Caractéristiques du Nacra 17

Longueur : 5, 25 m
Largeur : 2 ,59 m
Poids : 139 kg
Longueur de mât : 9, 00m
Surface de GV : 16,25 m2
Surface de Foc : 9,00 m2
Surface de Spi : 18,50 m2
Constructeur : Nacra

Le Nacra 17 est un catamaran de 17 pieds, conçu en 2011 par Morelli et Melvin pour Nacra Sailing International.

schéma N17
Le nacra 17 première version, avec ses C foils

En mai 2012, la Fédération Internationale de Voile (ISAF) a choisi le Nacra 17 comme équipement pour l’épreuve du multicoque mixte à Rio 2016. Pour la première fois,  une discipline mixte a sa place en voile olympique.

Nacra Sailing International est une société néerlandaise basée à Scheveningen (La Haye).

Morrelli & Melvin ont conçu le Nacra 17 en parfaite adéquation avec le cahier des charges de l’ISAF pour le multicoque olympique 2016. Les dérives courbées ont une dimension particulière pour le catamaran.

Le NACRA 17 est utilisé comme support multicoque olympique dans la «classe de multicoque mixte». Chaque année il y a plusieurs étapes de World cup, des Championnats du monde et d’Europe où les marins d’élite du monde dans le catamaran courent l’un l’autre.

Le NACRA 17 a été conçu à partir d’une page blanche pour répondre aux critères spécifiques définis par l’ISAF pour le multicoque olympique de 2016. Nacra Sailing International s’appuie sur l’expérience acquise  avec ses catamarans Formule 16  de Formule 18, ainsi que le Nacra 20 qui ouvre la voie vers les catamarans légers  « volants ». La spécification de l’ISAF n’exigeait pas que la conception soit conforme à une règle de classe existante ; il a donc été possible de dessiner un bateau original adapté aux équipages mixtes, et doté des équipements les plus performants comme un mat carbone.

En 2017, le comité olympique et l’ISAF ont approuvé le passage à la version MK2, équipée en « full foiling »

 

 

 

 

World Sailing series – Finale à Santander, 6-10 juin 2017

Cheminées Poujoulat en course à Santander
En course à Santander

Pour notre première année en compétitions internationales, nous avons disputé la finale de la World Sailing Series qui se déroulait à Santander en Espagne. Nous finissons à la 11° place, dans une étape qui regroupait les meilleurs équipage de l’année et du monde entier.

Après l’étape de Hyères en avril, ce nouveau rendez-vous nous a permis de valider des axes importants pour continuer à progresser. Alors que nous avions de grosses difficultés sur les départs et les lancements, nous gagnons a Santander 76% des départs. Ainsi, nous validons un axe important de progression. Cependant, nous manquons encore un peu de repères et d’expérience pour mieux gérer les croisement de flotte à ce niveau de performances : la plupart des équipages avait déjà quatre ans de navigation sur ce bateau, avec plusieurs années de World Cup Series et  la participation aux JO pour plusieurs.

Nous devons poursuivre notre progression : optimiser les différent angles de près et de descente sous spi pour être plus régulier dans notre vitesse et être de plus en plus performants. Nous tirons un enseignement plutôt positif car nous passons assez souvent dans les 6 premiers à la bouée au vent. Avec une bonne stratégie et de bons départs nous rêvions de jouer avec les meilleurs. Mais c’était sans compter sur des performances au portant encore insuffisantes, notamment quand la mer est agitée.
Nous manquons de technique de navigation sous spi. Nous devons continuer à travailler le placement de flotte au vent arrière pour ne pas perdre trop de places.
Au final, nous finissons premiers des équipages jeunes français sur 6 bateaux et deuxième « bizuth ».
La suite, c’est la livraison prochaine du nouveau Cheminees Poujoulat, un des tous premiers Nacra 17 volants qui seront livrés fin juin. Nous allons devoir apprendre a maitriser la navigation sur foils, que la Coupe de l’America a contribué a populariser.
Notre résultat à Santander nous permet d’espérer participer au Test Event à Arhus au Danemark sur le nouveau bateau, avec la délégation Française. Nous attendons des réunions avec l’équipe de France pour avoir un peu plus d’informations.

 

Nous avons aussi confirmé notre participation au championnat d’Europe a Kiel. Cependant nous aurons qu’une semaine de navigation dans les jambes sur le nouveau bateau nous serons là bas dans le but d’apprendre et d’évoluer sur ce bateau, que nous ne maitriserons pas.

Classement

Photos

World Sailing series – Hyères, avril 2017

World cup series, Hyères, 2017

Pour notre première participation à une étape des World cup series qui se déroulait à Hyères, nous finissons à la 20° place.

Cette étape, la première après les jeux de Rio, réunissait la plupart des meilleurs équipages mondiaux. Nous avons pu progresser tout au long de la semaine, mais nous avons du mal à être réguliers sur une journée entière. Nous manquons encore un peu de repères sur le bateau et d’expérience pour mieux gérer les croisement de flotte à ce niveau de performances.
Nous devons continuer a travailler le processus de départ pour être de plus en plus performants. Nous tirons un enseignement plutôt positif car nous finissons sur un coup d’éclat lors de la dernière journée, avec des conditions de vent complexes : nous arrivons a passer dans le top 10 lors des trois manches sur la moitié de la manche.

Nous devons continuer a travailler le le placement de flotte au vent arrière pour ne pas perdre trop de place.
Nous finissons second des équipages jeunes français sur 6 bateaux.

Notre résultats nous donne le droit a être dans la liste d’attente pour participer la finale qui aura lieu à Santander fin mai.
Nous espérons pouvoir nous inscrire et participer à cette événement.

Hugues Puimatto, l’équipier

La soif de performance !
Après avoir passé deux ans sur l’eau en tant qu’entraineur, j’ai voulu prendre du recul et apprendre avec les meilleurs.
Depuis longtemps, si quelqu’un m’avait dit que j’allais repartir pour une préparation olympique, j’aurais signé en bas de la page immédiatement.
Nous avons aujourd’hui, avec Marie, l’opportunité d’un projet en double mixte.
Toutes les conditions sont réunies pour poursuivre une préparation saine et structurée.
Gestion du projet, préparation et entretien du bateau… A côté des entrainements et des compétitions, les tâches ne manquent pas.
Un travail important, dont la qualité et le sérieux sont essentiels pour arriver sur les compétitions dans les meilleures conditions !

Marie Soler, barreuse

La passion de la voile
« Qui aurait pu un jour imaginer que je puisse autant aimer la voile ? »
Cette sensation de liberté… Au départ, je n’étais pas vouée à cela. Je ne suis pas née marin, je le suis devenue. Ma famille n’est pas issue d’un milieu marin : mon père préfère les motos aux bateaux et à l’eau. « L’eau, je la préfère dans le pastis » dit-il pour plaisanter. Ma mère n’a pas le pied marin non plus. L’élément déclencheur a certainement été mon frère : en rentrant d’Afrique, il a essayé la voile… et il a aimé ! Toute petite, j’ai voulu faire comme mon grand frère. Pas pour suivre ses traces, mais plutôt par curiosité : il parlait sans cesse de ses sensations, alors j’ai voulu essayer.
Chose faire à cinq ans… et depuis, ça dure ! Et ce n’est pas fini. Je ne fais pas de la voile, c’est la voile qui fait de moi ce que je suis devenue.
« Homme libre, toujours tu chériras la mer ». Belle phrase de Baudelaire.
Je dois être sacrément libre, alors !Marie Soler

Un nouveau duo…

Notre objectif est simple : atteindre le meilleur niveau international en trois ans, maximum, pour prétendre à une qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo.
Le niveau français en voile est unanimement reconnu comme un des meilleurs au monde. Et l’équipe de France Nacra 17 a mis la barre très haut, avec trois titres de champions du monde.`
Championnats d’Europe, championnat du Monde, World cup series… Notre programme sportif est désormais inscrit dans les épreuves les plus prestigieuses.
Nous savons qu’avec beaucoup de travail, de persévérance, mais aussi, et surtout, avec votre soutien, nous sommes capables du meilleur, en formant ensemble, une belle, grande, et très performante équipe.